Partager :

partage facebook
partage twitter
partage linkedin

L’immuno-hématologie : notre savoir-faire

DIAGAST puise depuis des décennies son savoir-faire et les fondements de sa mission dans ses origines transfusionnelles. Dans une démarche de sécurisation et de diffusion des connaissances biologiques, son évolution s’appuie sur les richesses et les découvertes d’une science spécifique : l’immuno-hématologie.

La réalité biologique 

Nous sommes tous différents … Derrière cette apparente évidence se cache une réalité complexe, issue de caractères héréditaires se mêlant à des parcours individuels. Issus de phénomènes biologiques dans lesquels l’évolution et l’adaptation des espèces joue un rôle important, les groupes sanguins font logiquement partie de ces patrimoines, à la fois semblables et différents … 

Ainsi, depuis leur découverte et l’avènement de la Transfusion sanguine, la caractérisation des groupes sanguins a permis de sécuriser le processus, du donneur au receveur. 

Pourquoi l’IH existe-t-elle ? 

Les groupes sanguins sont la classification des caractéristiques biologiques des tissus transfusables que sont les globules rouges et le plasma. On va s’intéresser aux molécules constitutives caractéristiques des donneurs de sang et des receveurs potentiels, et ainsi prévenir et contrôler les réactions biologiques lors d’une transfusion. De la même manière, l’étude de la compatibilité fœto-maternelle permettra de prévenir les réactions secondaires. 

Qu’est-ce qu’on va regarder en général ?

L’Immuno-hématologie doit son essor à celui de la Transfusion sanguine. Les groupes sanguins sont basés sur des différences biologiques, visibles par des outils spécifiques du diagnostic médical. Ces particularités biochimiques, propres à des groupes d’individus pour la plupart, ou propres à chacun si elles sont analysées plus finement, sont issues de l’activité d’enzymes ou de systèmes complexes. Il s’agit de détails structuraux de protéines ou de sucres associés ou non à des lipides, présents notamment à la surface des globules rouges, et susceptibles de provoquer des réactions immunitaires graves. 

C’est donc le résultat des processus biologiques propres aux individus qui va être examiné par les outils du diagnostic, permettant de prévenir toute forme de réaction secondaire.

Et plus précisément pour la transfusion de globules rouges ?

On distingue communément les groupes d’individus A, B, AB et O, ainsi que les structures Rhésus D + ou Rhésus D – .Ces considérations sont prépondérantes en raison de la gravité des incompatibilités encourues. 

Il existe d’autres caractéristiques que le groupage ABO, telles que les sous-groupes Rhésus ou le Phénotype étendu. Ces déterminations permettent d’adapter les actes transfusionnels au plus proche du receveur et de garantir sa sécurité optimale en prévenant les réactions immédiates ou les immunisations indésirables à plus long terme. 

Quel est le positionnement de DIAGAST ?

DIAGAST possède cette expertise qui lui permet de distinguer des particularités biologiques fines en standardisant les outils diagnostiques (production d’anticorps monoclonaux anti-A ou Anti-B), ou en mettant à disposition des laboratoires des cellules témoin finement caractérisées. 

D’une façon générale, on met en œuvre in vitro des réactions immunologiques qui permettent de classer correctement les donneurs et les receveurs et d’assurer leur compatibilité transfusionnelle inter-individuelle, tel que l’a initié Landsteiner en 1901 lors de la découverte nobélisée des groupes sanguins ABC (rebaptisés ABO ultérieurement). Certains antigènes de groupes mineurs sont également explorés par DIAGAST.

Aujourd’hui complétée par les progrès de la génétique, et associée à des prédispositions particulières à différentes pathologies, elles-mêmes de mieux en mieux identifiées, son avenir sera à l’échelle du développement de la médecine personnalisée et s’intégrera dans le champ des compatibilités tissulaires. 

Que serait-il utile de faire encore ?

Aujourd’hui, il est essentiel de diffuser la pratique transfusionnelle, même si des risques peuvent persister : 

  • Quand une compatibilité parfaite n’est pas disponible 
  • Quand des considérations logistiques deviennent prépondérantes en raison de l’étendue des territoires ou de la complexité des moyens de communication sur certains pays. 

La mission de santé publique de DIAGAST.

Les acteurs de l’immuno-hématologie répondent à ces enjeux majeurs en fiabilisant les analyses sanguines par les techniques de Groupage, de Crossmatch, de Contrôle transfusionnel ultime.  Notre objectif est de permettre aux responsables de l’hémovigilance et aux banques de sang de fonctionner de manière optimale. DIAGAST, par sa capacité d’innovation et son patrimoine technologique cellulaire et intellectuel se positionne en garant de la sécurité de ce système et anticipe ses évolutions au plus près des considérations moléculaires et génétiques.