Partager :

partage facebook
partage twitter
partage linkedin

La journée mondiale de l’Afrique du 25 mai (*) nous donne chaque année l’occasion de constater la mutation économique profonde opérée par ce vaste continent. La part des pays africains sur le marché augmente de manière continue, même si la diversité des cultures et les situations socio-économiques disparates, ne mettent pas tous les pays africains sur le même plan d’égalité.

Notre réseau de distribution   (La carte de nos distributeurs en Afrique) 

La part encore modeste du marché africain de l’IH dans le marché mondial (50 M€ soit environ 5%), n’a pas empêché DIAGAST, depuis sa création, de compter dans son réseau, des distributeurs commerciaux sur le marché africain.

  • D’abord et en toute logique sur les pays de l’Afrique francophone grâce à la forte influence de la transfusion française.
  • Mais depuis 2010 sur l’Afrique de l’Ouest qui connaît des taux de croissance économiques élevés

Notre réseau de distributeurs, actuellement fort de 12 sociétés, partenaires expérimentés et bien implantés, distribuent les réactifs et les systèmes automatisés de DIAGAST sur 33 pays. Une expérience et un savoir-faire reconnus au service de la transfusion africaine : la première implantation d’un QWALYS sur le sol africain remonte déjà à 2009 au Rwanda.

Nos actions

Dans des pays aussi différents et aux systèmes de santé aussi disparates, notre rôle n’est pas que mercantile : il se base sur un partenariat solide et fidèle.

DIAGAST s’engage toujours à trouver la solution parfaitement adaptée au pays, à son organisation transfusionnelle ou à son système de santé.

DIAGAST participe à son niveau, à la transformation technique de l’Afrique en terme d’Immuno-hématologie.

L’Afrique doit devenir ambitieuse et innovante : c’est aussi une de nos missions.​

DIAGAST booth on RAFTS congress
SASBT congress in Sun City, South Africa
Press conference launching RAFTS congress
Symposium during RAFTS congress
DIAGAST workshop in Cairo
ESTM congress
CNTS Abidjan, Ivory Coast: QWALYS setting up
CNTS Abidjan, Ivory Coast
CNTS Abidjan, Ivory Coast
Arab Blood Transfusion Congress in Marakech, Morocco
Remote training, South Africa

La relation très forte que nous avons tissée avec nos partenaires au fil des années et notre relation forte avec l’EFS mais aussi avec les Centres Nationaux de Transfusion Sanguine, s’exprime notamment en Côte d’Ivoire (Dr Konaté ou Dr Sekongo) où cinq QWALYS tournent en routine depuis quelques années dans les divers sites transfusionnels ivoiriens. Nous avons même retenu le CNTS d’Abidjan comme « laboratoire sentinelle ».

Les formations des techniciens de laboratoire sont, bien sûr, une de nos priorités et nos équipes vont sur site pour installer les systèmes automatisés QWALYS et assurer sa parfaite utilisation en routine. Pendant la situation sanitaire causée par la pandémie de Covid-19, ces formations ont été assurées à distance par nos équipes marketing et ingénieur d’applications, avec d’excellents résultats.

Nos participations aux événements continentaux

Nos agendas événementiels annuels passés, présents et futurs contiennent toujours des participations actives aux grands congrès africains :

  • les congrès organisés par des sociétés nationales de transfusion sanguine (Afrique du Sud, Égypte, Maroc,…)
  • les événements créés par des organisations pan-africaines comme le RAFTS (1), l’ATMF (2), l’AfSBT (3)…

(1) Réseau Afrique Francophone de Transfusion Sanguine (2) Arab Transfusion Medicine Forum (3) Africa Society of Blood Transfusion

DIAGAST participe via des réservations d’emplacement de stand mais aussi par l’organisation d’ateliers scientifiques dont les thématiques traitent de l’actualité ou de l’avenir de notre cœur de métier : l’immuno-hématologie.

En résumé, on pourrait dire que les défis relevés et les réussites rencontrées par la Transfusion Africaine, conduisent progressivement à l’atteinte de son objectif majeur : autosuffisance et sécurité transfusionnelle pour tous.

(*) Pourquoi le 25 mai ?

Ce jour célèbre le congrès fondateur de l’Organisation de l’Union africaine (O.U.A.), ancêtre de l’actuelle Union Africaine, le 25 mai 1963. À l’époque, l’organisation panafricaine naissante avait pour objectif de réunir les 32 États qui venaient d’accéder à l’indépendance, mais aussi d’aider les peuples d’y accéder.